Dazibao

Aujourd'hui, Yvonne Maillard nous a quitté [1]. Je ne me souviens plus comment je l'ai rencontrée pour la première fois. Je sortais à peine du lycée, où Flaubert, Choderlos de Laclos, Balzac ne m'avaient guère enthousiasmée. J'avais déjà découvert la SF à travers les romans de Jimmy Guieu que l'on trouvait même au fin fond de la campagne, pas loin des Harlequin. Un ami m'a montré le génie d'Asimov, à travers les lois de la robotique et surtout de la série Fondation. Très vite, les livres de poche de la collection "Présence du futur" (pdf) [2]  ont envie les rayons de ma modeste bibliothèque de ma chambre d'étudiante. Ils sont toujours là aujourd'hui.


Je pense que c'est dans l'un d'entre eux que se trouvait une invitation à rejoindre un club de lecteurs [3] "Tu n'es pas seul de ton espèce !". Ça avait un petit côté "Nuit des enfants rois". Je l'ai renvoyé. Je suis alors devenue un numéro : 96. En fait non... Tous les membres signaient Prénom -Numéro- Nom. Ils nous arrivait de nous saluer ainsi : "Bonjour Zazaa 96", tout en insistant sur le fait que nous ne soyons pas des numéros.


Je n'ai pas toutes les correspondances sous la main, mais il ne fait aucun doute qu'Yvonne Maillard, attachée de Presse chez Denoël m'a répondu dans une grande missive, en m'envoyant les premiers numéros d'un truc bizarre : un fanzine nommé "présences d'esprits".


Véritable cheville ouvrière, elle faisait tout, connaissait tous les auteurs francophones et sans doute une bonne partie des lecteurs de SF. Je me souviens être montée à Paris plusieurs fois, en étant invitée à faire un tour dans son bureau. Il y avait toujours des trucs incroyables. Par exemple, je me souviens d'un article de presse sur le jardin de Stefan Wul, qu'elle avait sorti à un moment où je lui racontais à quel point "L'orphelin de Perdide" m'avait enthousiasmée.

Nous lisions énormément des livres. Aucune nouveauté de la collection ne nous échappait. Le fanzine publiait nos critiques. Au fil du temps, j'y ai animé une rubrique "Ceci n'est pas de la fiction" consacrée à la science.


Animer une rubrique, cela veut dire échanger avec tous les auteurs qui veulent participer. A une époque où internet en était à ses balbutiements, c'était souvent des lettres passionnantes et passionnées, avant d'envoyer un article manuscrit à "tante Yvonne", ou une disquette dans le meilleur des cas.

Le nombre d'adhérents augmentant, le club créa des cabines. C'est ainsi qu'est né le bulletin de la Cabine Télescope [4], qui sera source d'échanges sur SETI, tout en parlant de SF de temps en temps.

Non seulement Yvonne Maillard a permis d'incroyables rencontres entre lecteurs et auteurs de SF, mais surtout elle a été comme le soleil, nécessaire à l'éclosion. Elle nous a offert un espace où nous exprimer, où exercer notre plume souvent maladroite, notre critique balbutiante. Mieux que personne, elle a su briser les frontières entre le milieu parisien et la province, entre les générations, entre ceux qui s'interrogent et ceux qui savent.


  1.  Info de Denis-301-Chartier
  2. Présence du Futur
  3.  La longue histoire du cluv Présences d'Esprits.
  4. La cabine télescope.


Commentaires

Articles les plus consultés